logo hahaha tel
  • Bienvenue chez Ha ! Ha ! Ha ! Editions

La serpette

Vote utilisateur: 3 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactives La serpette

Une nouvelle vision sur le crime d'Escoire

La serpette Nous sommes en 1941 et c'est l'automne. A Escoire, un drame va survenir dans le château de ce village paisible du Périgord Blanc. Henri Girard qui n'est pas encore l'auteur du "Salaire de la peur", Georges Arnaud, est le seul survivant d'un crime horrible effectué à coups de serpe sur son père, sa tante et la servante. Trois morts, un château fermé de l'intérieur, tous les soupçons se dirigent vers le jeune Henri Girard.

La serpette Récemment, Philippe Jaenada revient sur l'affaire dans un beau et grand livre au contenu très intéressant, "La serpe", édité par Julliard, qui a obtenu le prix Femina en 2017. C'est mérité.
De leur côté, avec un soupçon d'opportunisme, Marc Balland, Patrick François et Michel Loiseau reviennent sur l'histoire en la traitant avec humour et en s'attardant non pas sur le crime lui-même mais plutôt sur l'arme du crime et sa vie à travers les siècles.

La serpette sur la boutique

Attention : changement d'heure !

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Cette information, aussitôt suivie d’une autre : « Les risques d’accident sont accrus étant donné que la nuit va venir plus vite : piétons, cyclistes, automobilistes, soyez vigilants ! », m’a interpellé.
Dans l’urgence, et donc ex abrupto autant qu’inopinément, j’interviens pour tenter de sauver des vies mises en danger par cette inéluctable obligation.
Comment réagir au changement d’heure ? Une angoisse perceptible est ressentie par toute la population.
La nuit va tomber plus vite, sans crier gare, et ceux qui se seront laissé surprendre seront en proie aux pires dangers : ne pas être vus par des concitoyens mieux protégés.
Le plus fragile reste le piéton. Ne disposant d’aucune carapace naturelle ni d’aucun moyen anthropique spontané, genre fluorescence, pour se signaler, il devient une proie facile pour le cycliste, qui lui même connaît alors un prédateur redoutable, l’automobiliste.
Dès lors, le piéton devra redoubler de vigilance et s’abstenir de se trouver en terrain découvert lorsque la nuit va tomber. Le mieux sera de se mettre à l’abri juste avant, ou de prier le ciel pour qu’elle tombe le plus loin possible.
Mais, ce ne sera pas toujours possible !
Il faut qu’on légifère intelligemment sur la question, c’est-à-dire, par exemple, qu’on décide de décaler carrément de 12 heures, et de permettre ainsi qu’il puisse faire jour la nuit afin de protéger ceux qui sont obligés de circuler aux moments dangereux ! Cela semble pourtant une solution évidente, et qui aurait l’agrément de tous ceux qui se plaignent qu’il ne fait pas jour assez tard pour profiter des belles nuits d’été.
Restera le problème des feux d’artifice, mais nous y reviendrons en temps utiles.
On pourrait aussi envisager d’obliger les automobilistes à avancer leurs montres d’une heure par rapport aux piétons. En l’occurrence, il suffirait qu’ils laissent leurs tocantes à l’heure d’été, tandis que les piétons reculeraient la leur de soixante minutes pour satisfaire aux exigences légales du moment.
Pour les cyclistes, on pourrait aménager cette disposition en réduisant l’écart d’une demi-heure.
Mais, me direz-vous, lorsque l’automobiliste descend de voiture, il redevient piéton !?
Qu’à cela ne tienne, il devra avoir une montre à chaque poignet, et consulter le poignet droit ou gauche, selon qu’il est à pied ou en voiture. Cela paraît assez simple, et permettrait d’éviter tous les accidents qu’on nous promet suite à cette incontournable disposition.
Bon, si vous n’avez pas le temps d’assurer correctement votre protection, il vous est conseillé de rester chez vous en lisant Le Palmier, par exemple, ce qui vous évitera de vous retrouver à l’hôpital ou au cimetière. On ne pourra pas dire qu’on ne vous avait pas prévenu !
Bonne chance quand même...

Plus d'articles...

  • enq avent
  • enq agri
  • Illustré par Bernard Veyri, le premier Polar Loufoque de Marc Balland
  • Le deuxième Polar loufoque de Marc Balland illustré par Bernard Veyri

Une boutique en ligne

Les ouvrages de nos adhérents mais aussi une sélection de livres humoristiques d'occasion.

 

Vous êtes auteur ?

Nous pouvons vous aider à éditer votre livre et à le diffuser

Vous êtes lecteur ?

Vous aimez l'humour ?
Faites-nous part de votre avis

Vous n'aimez pas l'humour ?

Deux cas se présentent à vous :

  • vous pouvez apprendre à l'apprécier
  • vous pouvez consulter sans tarder

fleurs

De la joie

La vie vaut-elle d'être vécue sans humour ?

rire

Du rire

De la bonne poilade sur prescription !

bonne humeur

De la bonne humeur

Approuvé par les plus hautes instances scientifiques